PROJETS SPECIAUX


Betsabeé Romero

Installation monumentale – Entrée du Grand Palais

Requiem pour la voiture polluante, 2019
Sérigraphie sur housse auto en velours, Jaguar S-Type, deux ponts élévateurs et quatorze vélos peints, représentée par la galerie Saro León, Las Palmas de Gran Canaria

Dans sa quête d’identité et de racines culturelles, l’artiste mexicaine Betsabeé Romero concentre son travail sur la voiture et ses accessoires au moins depuis 1997, l’année où elle a installé l’Ayate Car, sa première œuvre automobile, à la frontière du Mexique et des États-Unis. Elle poursuit une méditation sur l’identité et sur les mutations des pratiques culturelles à l’ère de la mondialisation. Sa démarche artistique s’inspire essentiellement du milieu mexicain où elle a passé sa vie, tout en portant la marque des échanges planétaires. Betsabeé Romero est passée par les Beaux-Arts de Paris vers la fin des années 1980 et, ensuite, son travail l’a amenée à multiplier les voyages et les collaborations ponctuelles à travers le monde.

« La voiture, explique-t-elle, est un symbole de pouvoir et de classe bien plus qu’un instrument de vitesse et de mobilité. Elle évoque davantage la vulnérabilité et les accidents que la sécurité et la fiabilité technique », en plus de polluer « ce monde où le pétrole engendre la dynamique de l’oppression et de la guerre ».

Cet aspect paradoxal fascine Betsabeé Romero, qui recycle des carcasses, pneus et capots de vieilles voitures, privés de leur utilité initiale, en les habillant de tissus multicolores, broderies, carreaux céramiques et peinture, pour les faire basculer dans un espace de réflexion « domestique » plus féminin.

Son installation monumentale Requiem pour la voiture polluante, spécialement conçue pour Art Paris, rend hommage à la décision écologique fondamentale, prise par quelques métropoles innovantes comme Paris, d’abandonner progressivement la voiture polluante, synonyme d’égoïsme, d’individualisme et de consumérisme irréfléchi, au profit des moyens de transport plus respectueux de l’environnement et économes en énergie, comme le vélo. Betsabeé Romero immortalise ce tournant historique dans un cortège funèbre de vélos qui rendent les derniers honneurs à la voiture défunte, parés de leurs plus beaux atours pour la circonstance.

Comme l’explique l’artiste, il faut commencer par enterrer l’automobile polluante, en y mettant les formes requises, afin de créer un nouvel état d’esprit et d’encourager l’invention des modes de transport propre de l’avenir. VL

Avec le soutien de :


ESPACE IDEAT, CONTEMPORARY LIFESTYLE

Stand B0

Dans le cadre de son partenariat avec la foire Art Paris, le magazine IDEAT consacre depuis plusieurs années un cahier spécial dédié aux expositions proposées au Grand Palais lors de l’événement, au mois de mars. Cette année, IDEAT s’engage dans la programmation elle-même en organisant une exposition de design de collection sur un stand dédié.

Les designers sont-ils les nouveaux artistes du XXIe siècle ?

Au vu de la multiplication des foires consacrées au design dans le monde et de l’attrait que celles-ci représentent auprès des collectionneurs d’art contemporain, il est évident que la frontière entre les disciplines est plus que jamais poreuse. Depuis plusieurs années, ces galeristes spécialisés se positionnent officiellement sur le marché de l’art, entrent dans le calendrier des grandes salles de ventes, affichent leur maîtrise des savoir-faire. Et quand bien même on peut rétorquer que le design reste une fonction, il n’est pas dénué d’émotion. C’est pourquoi IDEAT propose pour l’édition 2019 d’Art Paris, une sélection de pièces de mobilier de collection issues d’une dizaine de galeries parmi lesquelles Gosserez, Kostia, BSL, Maria Wettergren, qui mettront en lumière les talents de cette discipline qui a de beaux jours devant elle.

Betsabeé Romero, A Requiem to the Polluting Car, 2019, projet d'installation, entrée du Grand Palais, courtesy Galería Saro León, Las Palmas
  • Betsabeé Romero, A Requiem to the Polluting Car, 2019, projet d'installation, entrée du Grand Palais, courtesy Galería Saro León, Las Palmas